Imprimer
Catégorie : Actualités
Affichages : 112

Dans la journée du vendredi 16 avril 2022, le Contrôleur général d’Etat Philippe NION a successivement rendu visite au directeur exécutif de l’institut Free Afrik et aux responsables de la Fédération des associations islamiques du Burkina (FAIB).

Ces deux rencontres s’insèrent dans le programme de prise de contact voulu par le nouveau contrôleur général d’Etat dès sa prise de fonction. Il s’est agi pour M NION de décliner d’une part, sa vision et son plan d’action qui ont favorisé son recrutement au poste de contrôleur général d’Etat et d’autre part, demander l’accompagnement de ces partenaires pour la mise en œuvre de sa stratégie.

M Rasalbga Ouédraogo, directeur exécutif de Free Afrik a salué l’initiative du contrôleur général d’Etat pour l’audience sollicitée, et réaffirmé sa disponibilité à travailler de concert avec l’ASCE-LC dans le cadre de la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption au Burkina Faso.

Il a fait part au contrôleur général d’Etat NION, de ses encouragements dans les différents chantiers qui seront entamés car Free Afrik est une force d’opinions au regard de la pertinence des thématiques abordés. Pour M Ouédraogo, la demande d’accompagnement de l’ASCE-LC s’entend sous l’angle d’un besoin de renouvellement de la collaboration existante car, des synergies d’actions furent opérées avec Free Afrik sous le contrôleur général d’Etat à la retraite Luc Marius IBRIGA.

L’une des priorités de la transition en cours au Burkina a dit le docteur Rassalbga Ouédraogo est le cadastre. Et travailler à asseoir un fichier cadastral permet non seulement d’identifier les propriétaires de ces biens immobiliers mais aussi, de mobiliser davantage de ressources fiscales car dit-il, « sans impôts, il n’y a pas de démocratie ». Le Docteur Ouédraogo s’est réjoui de constater que le fichier cadastral constitue un des principaux leviers retenu par le contrôleur général d’Etat NION. Il lui a garanti de son soutien et l’exauce à demander explicitement la contribution des Organisations de la société civile (OSC) sur ce chantier précis.

La tribune d’interpellation des trois pouvoirs (exécutif, législatif et judiciaire) dit- il, doit être rééditée. Il a également invité le contrôleur général d’Etat à  travailler prioritairement sur les dossiers pendants afin d’obtenir des résultats pour l’intérêt général.

M NION a dit toute sa satisfaction pour les conseils émis et remercié le docteur Rassablga pour sa disponibilité à accompagner l’ASCE-LC.

 

Avec les responsables de la Fédération des Associations Islamiques du Burkina (FAIB), M NION a émis l’assertion suivante : « nous ne pouvons pas réussir en dehors des leaders religieux ».

Il leur a fait part de sa stratégie de lutte contre la corruption et les infractions assimilée et leur à demander de porter cette lutte à travers leurs prêches dans les mosquées.

Les participants à la rencontre ont du reste fait part de leurs préoccupations qui, aux yeux du contrôleur général d’Etat sont légitimes et prises en compte dans les leviers à actionner dans le cadre de la mise en œuvre de sa stratégie.

 

DDIC/ASCE-LC